.bad day.

.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LE FORUM EST ENFIN OUVERT I love you

Partagez | 
 

 MMM ▬ maggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Eh mais c'est Madeleine Pons-Escoffier !
MAD ♠ begin to make it better

◊ messages : 616
◊ avatar : Ellen Page
◊ crédits : GERONIMO THRILL
◊ pseudo : GERONIMO THRILL


MessageSujet: MMM ▬ maggie   Mar 15 Juin - 0:14



La journée était déjà bien entamée lorsque Madeleine claqua la porte de l'appartement qu'elle partageait avec sa soeur. Ses narines furent titillées par une odeur qui n'augurait rien de bon pour ce qui se trouvait dans le four. Elle se sentait légèrement vaseuse et sale, mais elle fonça directement dans la cuisine, vide, et ouvrit le four. « Elle a encore essayé de cuisiner... Bordel, un jour elle va asphyxier tout l'immeuble. » Elle sourit légèrement, éteignit l'appareil ménager et jeta son contenu dans la poubelle sans la moindre pitié. Elle sortit de la cuisine et traversa le salon. « Maggie ? T'es où ?» Elle arriva jusqu'à la chambre de sa soeur, qu'elle trouva affalée sur son lit. « désolée pour le retard, je pensais rentrer plus tôt. Ca va ? » Elle s'en voulait légèrement de rentrer aussi tard. Elle n'avait pas pour habitude de laisser sa soeur toute seule, et elle n'était jamais tranquille quand ça se produisait. Elle pouvait très bien avoir un problème avec son coeur...

Cette histoire de coeur, ça pourrissait la vie de Maddie. Non pas parce qu'elle devait veiller sur sa soeur aînée - elle aimait bien ça, en fait -, ni parce qu'elle se sentait exploitée par cette dernière, mais parce qu'elle avait l'impression qu'on avait volé une partie de la vie de Maggie, et ça, elle ne le supportait pas. « Je suis vraiment désolée... La fête d'hier s'est légèrement prolongée... si on peut dire. » Elle préféra ne pas s'attarder sur ça, et changea alors complètement de sujet. « T'es au courant qu'il y avait un truc dans le four, au fait ? » C'était comme ça à chaque fois qu'elle se sentait coupable d'avoir laissé sa soeur seule - enfin en tout cas, sans elle. Il fallait qu'elle parle, de tout, mais surtout de rien, et de n'importe quoi.

Même si elles s'entendaient rarement, Madeleine se sentait très proche de sa soeur. Elles partageaient, à peu de choses près, le même cercle d'amis, regardaient les mêmes films - mais pour des raisons différentes - et avaient les mêmes goûts sur pratiquement tout. Et puis elle se racontaient volontiers leurs petites aventures. « Hadrien m'a embrassée. » Elle avait beaucoup hésité avant de lâcher cette phrase dans un grand blanc légendaire. Elle ne savait pas franchement s'il fallait qu'elle en parle, mais elle en ressentait en quelque sorte le besoin. Et puis pour sa soeur avide de ragots, c'était toujours bon à prendre, non ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

JE VENDS TOUT CE QUE J'AI contre tout ce qui me manque. Je vends ce qui s'achète contre ce qui n'a pas de prix. Je vends ce que je vaux contre ce qui m'est le plus cher. Et si ça ne vaut pas un clou, tant pis, je donnerai tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eh mais c'est Maggie S. Pons-Escoffier !

MAG ♣ cette fille c'est un prédateur déguisé en caniche


◊ citation : Tout ce que la mer a à offrir ce sont ses grosses bourrasques, et de temps en temps une sensation de puissance. Il est vrai que, je connais pas grand chose à la mer mais ici en tout cas c’est comme ça. Et je sais aussi que dans la vie, le plus important c’est pas nécessairement d’être fort mais de se sentir fort et de se mettre à l’effort au moins une fois, de se retrouver au moins une fois dans la condition humaine la plus archaïque. Affronter seul la nature aveugle et sourde sans rien pour vous aider ; si ce n’est vos mains et votre tête...
◊ messages : 1014
◊ avatar : Sophia Bush
◊ crédits : © faithfully - avatar ; livejournal et biers - icons. ; into the wild - citation ; fight club - signature
◊ pseudo : Biers.


MessageSujet: Re: MMM ▬ maggie   Dim 20 Juin - 1:09

Il y avait une odeur de brûlé qui surplombait l’appartement parisien des deux jeunes Pons-Escoffier. L’exhalaison embaumait même le palier, mais ça les voisins y étaient habitué depuis le temps. La raison? L’essaie culinaire du jour de l’aînée. Elle savait qu’elle ne tirerait rien de bon de ses « talents » culinaires, mais elle tentait encore et toujours le coup, comme si à faire de temps et de patience, elle allait miraculeusement réussir à faire quelque chose d’à peu près mangeable. Oui, car elle ne savait même pas faire cuire des pâtes, la demoiselle..

La raison de cette expérience désastreuse? Maggie voulait tout simplement faire plaisir à sa petite sœur pour son retour, sachant pourtant que ça ne mènerait à rien. Mais qui ne tente rien n’a rien, pas vrai? En tout cas, c’est ce qu’elle s’est dit se matin, en se réveillant de bonne humeur grâce au soleil mais aussi grâce à Durden, son chien. Il était alors dix heure quarante-sept, précisément. En vitesse, elle s’était levée, douchée, habillée avec un débardeur blanc et un short jaune, sa tenue favorite des jours « je traîne à la maison et je fou pas grand-chose de ma journée, comme d’hab » et coiffée d’une queue de cheval. Une fois l’épreuve préparation passée, elle passa à l’épreuve culinaire. Aïe. Elle aurait mieux fait de s’abstenir et de s’en tenir au traiteur du coin de la rue, encore une fois. Elle gardait au fond de son dressing un vieux livre de recette qu’une gitane lui avait donné, et non vendu, il y a deux ans de cela. Ce dernier était couvert de poussière et n’avait jamais été utilisé auparavant.  « Il y a un début à tout, hein Durden?! ». Le chien répondit par un simple gémissement avant de reposer sa gueule sur ses pâtes, couché sur le lit.  « Bon, aller Pons-Escoffier, tu peux le faire! ». Comme pour se donner une sorte de courage, elle alla chercher un de ses rouges à lèvres dans sa salle de bains et se fit deux traces sur chaque joue, comme l’aurait fait un Indien. Puis, motivée - à tord, c’est vrai - elle se dirigea vers la grande cuisine qui ne servait que rarement pour faire ce dont elle avait été conçue à la base. Mag’ regarda dans le frigo, dans les placards à l’affût de quelque chose de mangeable mais ne trouva rien. « Bon bah je suppose que ça veut dire qu’il faut que j’aille faire les courses.. ». Elle regarda dans le livre de recettes ce dont elle avait besoin pour faire du cassoulets, nota les ingrédients sur un bout de papier, mit ses baskets et sortit de l’appartement, prenant soin de fermer à clef derrière elle.

Quand elle arriva à la supérette, Maggie fut dévisagée par les autres clients. Ils devaient sûrement la prendre pour une évadée d’un asile psychiatrique, avec ses marques sur les joues et sa tenue très.. Classe, on va dire. Elle prit donc des flageolets, des saucisses, et tout le reste avant de gagner la caisse. Juste après elle, il y avait un vieux bonhomme qui reluquait son postérieur. Une fois les courses payées, elle s’avança vers la sortie puis, au dernier moment, elle se retourna et déclara : « Eh, papy! ». Le vieil homme se tourna dans sa direction et la regarda. D’un geste quelque peu provocant, elle se mit de façon à lui tourner le dos et se donna une petite claque sur les fesses avant de sortir. Rah, cette Maggie..

Une fois rentrée, elle se mit aux fourneaux. Tout se passa plutôt bien jusqu’à ce qu’arrive le temps de la cuisson. Elle mit le plat dans le four à 200° et regagna sa chambre, pensant qu’elle n’oublierait pas. L’iPod dans les oreilles, elle s’affala sur son lit, la musique à fond, ne prêtant plus attention à ce qui se passait autour d’elle. Environ une heure moins le quart plus tard, le cassoulet était toujours dans le four et Maggie, elle, était encore sur son lit, à passer le temps, en dessinant. Elle n’avait même pas remarquer que ça sentait le brûlé dans tout l’appart! Cependant, elle entendit la porte d’entrée claquer par on ne sait quel miracle. Elle aperçut également les pas de sa sœur se diriger vers elle et sa petite voix lui dire « Désolée pour le retard, je pensait rentrer plus tôt. Ça va? » « On fait aller.. & toi? ». Elle n’avait pas de raisons particulières pour être mal, mais à vrai dire, elle n’en avait pas non pour péter la forme, comme on dit. Elle faisait aller, c’est bien ça. Madeleine reprit : « Je suis vraiment désolée, la fête d’hier s’est légèrement prolongée.. Si on peut dire. » Mais avant que sa sœur puisse répondre, elle changea de sujet : « T’es au courant qu’il y a un truc dans le four, au fait? » « Hein? Un truc dans le.. OH MERDE! LE CASSOULET! ». Elle se leva en vitesse avant de se laisser retomber sur le lit « Boarf, après tout, là, il est irrécupérable.. Laissons donc tomber. » Madeleine vint s’assoire à ses côtés et Mag claqua sa main sur la cuisse de sa sœur, avant de lui tirer la langue. Une vraie gamine! « Hadrien m’a embrassée ». A cette annonce, un large sourire se dessina sur la bouche de la plus vieille des deux sœurs. « J’en étais sûre! Je le savais, JE LE SAVAIS! Il t’aime vraiment, j’en étais sûre! »

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


« what are you looking for? »
J’ai couru... J’ai couru jusqu’à sentir tous mes muscles brûler, jusqu’à sentir dans mes veines de l’acide sulfurique à la place du sang. Puis, j’ai couru encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://badday.1fr1.net
avatar
Eh mais c'est Madeleine Pons-Escoffier !
MAD ♠ begin to make it better

◊ messages : 616
◊ avatar : Ellen Page
◊ crédits : GERONIMO THRILL
◊ pseudo : GERONIMO THRILL


MessageSujet: Re: MMM ▬ maggie   Dim 20 Juin - 12:29

L'odeur désagréable de brûlé lui chatouillait les narines jusque dans la chambre de sa soeur, pourtant éloignée de la cuisine. Et si elle n'était pas conscient que ne pas savoir cuisiner commençait à attrister légèrement sa soeur, elle aurait sans doute ri. Elle regarda sa soeur, et ne remarqua qu'à cet instant, sur ses joues, des traces de... rouge à lèvres ? Elle ne put pas, cette fois-ci, retenir un sourire, et secoua la tête sans faire de commentaire. « On fait aller.. & toi? » C'était toujours comme ça avec Maggie. Jamais elle ne répondait que ça allait, puisque de toute façon, ça n'allait pas. Et parfois, Maddie allait jusqu'à s'en vouloir d'être presque toujours au top de la forme, contrairement à sa soeur. « Moi... ça va. » Elle se voyait mal lui hurler à la figure qu'elle s'était rarement sentie aussi légère, vu que Maggie venait d'essuyer un nouvel échec culinaire, ce qui devait être frustrant.

« Hein? Un truc dans le.. OH MERDE! LE CASSOULET! » La jeune fille éclata de rire sans le moindre scrupule. Sa soeur pouvait être vraiment tordante quand elle s'y mettait. Elle n'eut pas le temps d'en placer une, car déjà la jeune femme s'était levée... pour se laisser retomber deux secondes plus tard sur le lit. « Boarf, après tout, là, il est irrécupérable.. Laissons donc tomber. » Maddie sourit, s'asseyant à côté d'elle, et tandis que sa soeur remuait la graisse de sa cuisse d'une petite claque, elle la rassura. « T'inquiète, c'est pas grave. Tu veux qu'on fasse un truc à deux ? » Maddie étant assez bonne cuisinière quand elle voulait, elle se disait que les talents des deux demoiselles combinés pourraient donner quelque chose de... mangeable.

À l'annonce de la nouvelle qui avait littéralement bouleversé l'équilibre de la cadette, un sourire s'étendit sur le visage de Maggie, atteignant presque ses oreilles. « J’en étais sûre! Je le savais, JE LE SAVAIS! Il t’aime vraiment, j’en étais sûre! » Oui bon, fallait pas qu'elle s'emballe non plus. C'était toujours marrant de voir à quel point sa soeur pouvait se réjouir pour des minuscules évènements. Un baiser alcoolisé, ça ne voulait strictement rien dire. Mais il fallait aussi dire qu'il n'y avait pas eu que ça. Ce qu'elle se retint bien de préciser. « Tu sais que tu es agaçante quand tu mets en avant ta supériorité prémonitoire ? Non, sérieusement Maggie, il m'a juste embrassée. Et puis, il était légèrement... bourré. Et puis arrête de t'agiter comme ça, pourquoi tu te réjouis autant ?» Une fois de plus, elle sourit allègrement. Elle en vint à se demander si c'était parce que sa soeur était une éternelle hystérique, ou parce qu'elle commençait à penser elle aussi qu'Hadrien l'aimait.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

JE VENDS TOUT CE QUE J'AI contre tout ce qui me manque. Je vends ce qui s'achète contre ce qui n'a pas de prix. Je vends ce que je vaux contre ce qui m'est le plus cher. Et si ça ne vaut pas un clou, tant pis, je donnerai tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eh mais c'est Maggie S. Pons-Escoffier !

MAG ♣ cette fille c'est un prédateur déguisé en caniche


◊ citation : Tout ce que la mer a à offrir ce sont ses grosses bourrasques, et de temps en temps une sensation de puissance. Il est vrai que, je connais pas grand chose à la mer mais ici en tout cas c’est comme ça. Et je sais aussi que dans la vie, le plus important c’est pas nécessairement d’être fort mais de se sentir fort et de se mettre à l’effort au moins une fois, de se retrouver au moins une fois dans la condition humaine la plus archaïque. Affronter seul la nature aveugle et sourde sans rien pour vous aider ; si ce n’est vos mains et votre tête...
◊ messages : 1014
◊ avatar : Sophia Bush
◊ crédits : © faithfully - avatar ; livejournal et biers - icons. ; into the wild - citation ; fight club - signature
◊ pseudo : Biers.


MessageSujet: Re: MMM ▬ maggie   Jeu 26 Aoû - 1:01

« J’en étais sûre! Je le savais, JE LE SAVAIS! Il t’aime vraiment, j’en étais sûre! » C'était tout Maggie, ça. S'exciter pour un rien lorsque sa cadette lui disait quelque chose, elle faisait ça à chaque fois. Certaines personnes vous diront que cela fait parti de son charme tandis que d'autres, moins sympathiques, cracheront sur son dos. Quoi qu'il en soit, on aurait dit que la bouche de Maggie s'était transformée en une véritable banane : elle affichait toujours cet immense sourire, celui qui voulait dire « Je le savais! » ou encore un petit « Je te l'avais bien dit! » Oui, la seconde du clan des enfants Pons-Escoffier aimait se sentir légèrement supérieure grâce à son 'pouvoir' de déduction assez surprenant. Depuis le début de cette histoire, elle se doutait qu'il y avait anguille sous roche, que quelque chose d'autre unissait les deux 'adoledultes', comme elle se plaisait à les appeler. Ou du moins, elle savait parfaitement que quelque chose d'autre aller se passer entre eux. Après tout, combien de jeunes de leur âge sortent ensemble soit disant pour de faux?! Non, ils étaient attirés l'un par l'autre, et Margaret le savait très bien. Elle était très observatrice et d'ailleurs, elle comprenait facilement les gens. De plus, à travers la vie de sa cadette, elle vivait une histoire d'amour par procuration. Une vraie histoire, je veux dire. Pas l'une de ses amourettes de cœur d'artichaut, comme elle vivait tout le temps. « Tu sais que tu es agaçante quand tu mets en avant ta supériorité prémonitoire ? Non, sérieusement Maggie, il m'a juste embrassée. Et puis, il était légèrement... bourré. Et puis arrête de t'agiter comme ça, pourquoi tu te réjouis autant ?» Maggie se redressa d'un bond - c'est le cas de le dire : elle sauta sur le lit et se retrouva directement appuyée sur ses genoux -, toujours son sourire Colgate accroché au visage. Elle tapa légèrement dans ses mains et finit par dire : « Raconte moi TOUT! Je veux connaître chaque détail et, je te préviens, si t'en oublie t'auras à faire à moi! Alors, comment s'était? Tu t'es enfin rendu compte que t'es dingue de lui, qu'il est dingue de toi, que vous êtes RAIDES DINGUES l'un de l'autre? Et.. Il s'est passé quelque chose d'autre? Alleeeeeer Maddie, dis moi tout! » Comme à son habitude, la soeur Pons-Escoffier avait parlé à toute vitesse, ravalant un mot sur deux à tel point que sa phrase était limite incompréhensible. Mais Madeleine n'avait pas besoin de sous-titres pour la comprendre, elle arrivait à déchiffrer ses paroles sans aucuns problèmes. Du moins, les trois quarts du temps.. Et puis, après tout, il fallait prendre cette habitude là, quand on rencontre Maggie : elle n'a pas autant de temps à vivre que les autres personnes de son entourage, alors elle a donc choppé un sale réflexe qui est de vouloir tout connaître tout de suite, le plus rapidement possible. Vous avez donc bien compris que la jeune journaliste est loin d'être patiente, bien au contraire. Elle resta là, à fixer sa soeur dans les yeux, se mordant la lèvre inférieure, attendant qu'enfin que Maddie lui dévoile tout.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


« what are you looking for? »
J’ai couru... J’ai couru jusqu’à sentir tous mes muscles brûler, jusqu’à sentir dans mes veines de l’acide sulfurique à la place du sang. Puis, j’ai couru encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://badday.1fr1.net
Eh mais c'est Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: MMM ▬ maggie   

Revenir en haut Aller en bas
 

MMM ▬ maggie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.bad day. :: seizième arrondissement :: quartier de la muette :: rue du ranelagh-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com